Marcher : Se déplacer en mettant un pied devant l'autre tout en gardant le contact avec le sol. Telle est la définition de la marche, de cet élan qui permet de nous mouvoir. Marcher, c’est la découverte du plus loin, c’est s’éloigner d’un horizon pour en approcher un autre,  différent. Marcher, c’est partir vers l’inconnu sur des chemins souvent tout tracés, parfois sinueux, à la rencontre de soi-même, des autres. Sur ces chemins de croyances, d’espoir, de fuite ou d’exil, nous croiserons des destinées joyeuses, douloureuses, obstinées et courageuses. Nous découvrirons de somptueux paysages à travers le monde, au rythme lent de la marche qui permet la découverte contemplative de ce qui nous entoure. Le chemin ouvre l’horizon, porte le regard vers l’ailleurs, mais quel ailleurs attend le marcheur, le migrant, ou l’exilé ? Pendant ces quatre jours, nous vous proposons de vous ouvrir la route à la rencontre de femmes et d’hommes auxquelles et auxquels le chemin réserve de nouveaux lendemains.

 

« Aujourd’hui, chaque petit geste est régi par la révolution numérique. Pour prendre un train ou aller voir un tableau de Rembrandt, on doit passer par l’ordinateur. Et, à partir du moment où nous confions le moindre détail de notre existence à ce processeur et ce processus, on cimente la possibilité d’un imprévu. […] Or, quand on n’a pas la légitimité d’établir et d’exposer un discours critique sur ce sujet, il y a la marche. Elle offre la possibilité d’échapper au dispositif, comme dit le philosophe Giorgio Agamben. On se glisse dans un interstice et on marche, on revient à cette liberté de détails en prenant la fuite. »

 

Sylvain Tesson.

 








 

 Festival Là-bas, Vu d'ici en Cévennes,

"Le monde à portée de mains"





Le festival est organisé par

 

 

 

 

En partenariat avec

Avec le soutien financier de

 

 

 

 

 

DRAC Occitanie